La guerre des gaz

Par Chiara Bergès, 3ème 1

L’efficacité des premiers chars français et anglais, utilisés en 1916-1917, se révèle rapidement limitée : ils sont lourds, lents et relativement fragiles. Le général Estienne, père du char français, imagine alors un type de char plus léger et plus maniable, dont il confie l'étude à Louis Renault. Le char Renault FT 17, engagé dès la fin mai 1918, est une grande réussite technique.

L’utilisation de l’arme chimique durant le Première Guerre Mondiale est certainement l’un des évènements les plus marquant de ce conflit. Paradoxalement, c’est également l’un des moins connu.

Les Allemands lancent la première offensive chimique de l’histoire le 22 avril 1915 : ils prennent les troupes françaises complètement au dépourvu et leur cause de nombreuses pertes. Un lieutenant raconte : « J’ai vu alors un nuage opaque de couleur verte, haut d’environ dix mètres […] qui touchait au sol. Ce nuage s’avançait vers nous, poussé par le vent. Presque aussitôt, nous avons été littéralement suffoqués […]. Nous avons dû nous replier, poursuivis par le nuage. J’ai vu, à ce moment, plusieurs de nos hommes tomber, quelques-uns se relever, reprendre la marche, retomber, et, de chute en chute, arriver enfin à la seconde ligne ». Le plus pressant est alors de pouvoir fournir un moyen de protection efficace à l’ensemble des armées. Un pharmacien détermine la nature du gaz utilisé par les allemands, du chlore, afin de créer plusieurs appareils de protection.
Les premiers « masques à gaz » sont très peu efficaces car il s’agit principalement de cagoules, baillons et compresses.

En juin 1915, les Allemands lancent des obus chargés de gaz qui font de plus en plus de perte chez les Français. Puis, l’Etat cherche à améliorer les masques à gaz ; en effet, la dernière protection souffrait de nombreux défauts : son port était inconfortable, elle avait tendance à glisser du visage et empêchait de parler.
Alors, on crée un nouveau masque baptisé ARS (Appareil Respiratoire Spécial) qui est adopté le 20 janvier 1917. Les livraisons aux armées ne débuteront que le 18 janvier 1918. L’ARS est sans conteste le meilleur appareil de protection de l’époque, le plus moderne. Pendant la période des hostilités, 5 270 000 exemplaires seront manufacturés et la production continuera après la guerre.

Masque à Gaz, musée des Invalides

Masque à Gaz, musée des Invalides

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s