Renault pendant la guerre

L’implication des usines Renault pendant la Première Guerre mondiale

Par David Azoulay 3ème1

Les usines Renault de l’île Seguin à Billancourt, à moins de 2 km de la cité scolaire JB Say.

Les usines Renault de l’île Seguin à Billancourt, à moins de 2 km de la cité scolaire JB Say.

Au début de la Grande Guerre, les usines Renault de l’île Seguin à Billancourt, à moins de 2 km de la cité scolaire JB Say, dans l’actuel Boulogne Billancourt, sont en partie fermées. Mais Louis Renault et ses collaborateurs sont rappelés du front pour rouvrir l’usine à la demande de la Défense Nationale à cause de la rapide avancée de l’armée allemande.

Des véhicules de guerre mais pas seulement

Pendant quatre ans, Renault doit répondre à la demande de l’armée et s’adapter à de nouvelles fabrications :

− Des camions, ambulances, tanks
− Des moteurs d’avion et même des appareils de reconnaissance (avion AR). Du torpédo 11 CV type « guerre » à la 6 cylindres du maréchal Joffre.

− … et dès août 1914 : en plus des différents types de véhicules, déjà cités, Renault reçoit l’ordre de fabriquer des obus en grande quantité pour l’armée … comme le montre ce tableau de production ci-contre, Renault fabrique 2 millions d’obus pendant la guerre

Production des usines Renault pendant la guerre 14-18

Production des usines Renault pendant la guerre 14-18

Renault livre à l’armée à peu près tous les types de voitures de sa gamme 1914. En 1917, avec l’appui du général Jean-Baptiste Eugène Estienne, l’industriel dessine et construit le premier char mitrailleur léger Renault FT 17 dont les qualités remarquables contribuent à la victoire finale de 1918.

De plus les taxis de la Marne étaient de la marque Renault ! Lors de son lancement en 1905, personne ne peut présager que le type AG de Renault allait connaître un tel succès, mais aussi qu’il allait infléchir quelques années plus tard, le sort de l’histoire de la France… Il deviendra un symbole de la Première Guerre mondiale !

Chauffeurs-attendant-le-client-1

Les Taxis de la Marne étaient produits par les usines Renault

Travail des femmes

Les femmes fabriquent des obus

Les femmes fabriquent des obus dans les usines Renault

L’emploi des femmes dans les usines Renault de Billancourt participe grandement à la guerre totale.

Combien sont-elles ?

Entre 1914 et 1916, le nombre d’ouvrières est multiplié par 6. Et sur toute la période de la guerre, il est multiplié par 10. Leur implication de plus en plus importante est déterminante : elles représentent 1/3 de l’effectif début 1918.

Les femmes représentent 1/3 de l’effectif début 1918.

Les femmes et l’effort de guerre : nombre d’employées dans les usines

Un travail physiquement très dur

La journaliste Marcelle CAPY, travaille quelques semaines dans une usine. Son témoignage qui est publié dans La Voix des femmes entre novembre 1917 et janvier 1918 est édifiant :
« L’ouvrière, toujours debout, saisit l’obus, le porte sur l’appareil dont elle soulève la partie supérieure. L’engin en place, elle abaisse cette partie, vérifie les dimensions (c’est le but de l’opération), relève la cloche, prend l’obus et le dépose à gauche.
Chaque obus pèse sept kilos. En temps de production normale, 2 500 obus passent en 11 heures entre ses mains. Comme elle doit soulever deux fois chaque engin, elle soupèse en un jour 35 000 kg.
Au bout de 3/4 d’heure, je me suis avouée vaincue.
J’ai vu ma compagne toute frêle, toute jeune, toute gentille dans son grand tablier noir, poursuivre sa besogne. Elle est à la cloche depuis un an. 900 000 obus sont passés entre ses doigts. Elle a donc soulevé un fardeau de 7 millions de kilos.
Arrivée fraîche et forte à l’usine, elle a perdu ses belles couleurs et n’est plus qu’une mince fillette épuisée.
Je la regarde avec stupeur et ces mots résonnent dans ma tête : 35 000 kg ».
Les conditions de travail pendant la Grande Guerre sont très pénibles et souvent dangereuses. L’effondrement d’un atelier provoqua ainsi la mort de 26 personnes, en juin 1917.

Les Tanks fabriqués par Renault

Les Tanks fabriqués par Renault

Conclusion

Durant toute la 1ère guerre mondiale, Renault a été fortement impliqué dans fabrication de véhicules et d’armes de guerre grâce, entre autres, à la main d’œuvre féminine et participe à une guerre totale.
Louis Renault devient un héros international par sa contribution à la victoire des Alliés, d’ailleurs, en 1918, il est le seul civil à être décoré de la Grand-Croix de la Légion d’honneur.
La participation intensive de l’usine Renault dans cette guerre totale permet de développer fortement son image dans le monde.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s