Les colonies françaises dans l’effort de guerre

Par Jeanne le Soudéer

Uniforme militaire Afrique du Nord

La France mobilise tout son empire colonial pendant la Première Guerre mondiale : des hommes et des denrées diverses sont réquisitionnés.

Ainsi, 800 000 hommes arrivent en France tout au long de la guerre ; 600 000 deviendront soldats (ce sont les troupes coloniales) et 200 000 resteront à l’arrière pour aider les civils.

On assiste alors à un choc culturel très important : ces hommes qui arrivent sur le continent européen deviennent parfois une attraction, comme sur cette affiche du jardin d’acclimatation, avec le « bon sauvage ».

Les soldats qui arrivent subissent tout d’abord un choc thermique : ils viennent pour beaucoup de l’AOF (Afrique Occidentale Française, une fédération qui regroupe, de 1895 à 1958, la Mauritanie, le Sénégal, le Soudan français (actuel Mali), la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Niger, la Haute-Volta (actuelle Burkina Faso) et le Dahomey (actuel Bénin)) et de l’AEF (Afrique Equatoriale Française, l’ensemble des possessions françaises qui s’étendent du fleuve Congo au désert du Sahara) ; les combats ont principalement lieux au Nord de la France, dans l’Aisne et la Champagne.

tirailleurs sénégalais

tirailleurs sénégalais

Lors des permissions, les soldats ne sont pas renvoyés chez eux (distances trop grandes) mais dans le Sud de la France, parce qu’il y fait plus chaud.

Leur réquisition pour l’effort de guerre et leur arrivée provoque donc un étonnement des deux côtés : à cette époque, les voyage sont rares et les contacts aussi.

Il y a donc des « clichés », comme le bon sauvage mais aussi pour les combats : les Sénégalais, qui font partis de l’Armée d’Afrique, sont considérés comme de très bons combattants, farouches et aguerris. Ils sont donc envoyés en première ligne.

Au contraire, les tirailleurs indochinois ou malgaches, à l’allure fragile, sont plutôt envoyés à l’arrière.

Grâce à ces réquisitions, au service militaire, aux volontaires… l’armée française est forte de 3,5 millions d’hommes au début du conflit. Les Allemands, bien que deux fois plus peuplés, ont une armée forte de 3,7 millions d’hommes.

C’est donc un énorme effort de guerre, une véritable levée en masse : ainsi, 80% de la population masculine française partira au combat.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s