Les joueurs de Skat

Le peintre Otto Dix le peintre Otto Dix

Par Capucine LEMERLE – Raphaël KALFON – Quentin SAMSON 3°2 

Les Joueurs de skat (en allemand Die Skatspieler) est un tableau peint en 1920 par Otto Dix (1891-1969), un peintre allemand ayant appartenu au groupe expressionniste et à la nouvelle objectivité. Il représente des invalides de la 1ère Guerre Mondiale jouant au skat, un jeu de cartes très populaire en Allemagne.

C’est une huile sur toile mesurant 110 x 87 cm. Il fait partie d’une série de 4 tableaux peints par Otto Dix en 1920, tous sur le même thème, la guerre. Aujourd’hui, le tableau est exposé à la Neue Nationalgalerie, à Berlin.

Celui-ci illustre l’une des séquelles les plus violentes de cette guerre : les « Gueules Cassées », ces soldats qui, pour la plupart, ont été défigurés, démembrés par des explosions d’obus.

Un jour, Dix a aperçu ces trois mutilés jouant au skat dans un café de Dresde : il a tout de suite pensé à faire de cette scène un tableau, qui illustrerait la violence de la première Guerre Mondiale.

Sur le tableau, il a encore plus accentué cette violence : il a, par exemple, totalement supprimé les moignons de jambes du joueur de droite, ne lui laissant que son torse et sa tête, afin de maintenir le caractère horrifique de ses blessures. Ce joueur n’a plus non plus de mâchoire, celle-ci a été remplacée par un paquet de cigarettes, sur lequel est inscrit « Unterkiefer : Prothese Mark : Dix » (traduire « prothèse de mâchoire inférieure de marque Dix ».

N’ayant plus de mains, les joueurs tiennent leurs cartes l’un dans ses orteils, l’autre dans sa bouche et le troisième dans une main mécanique, représentant les premières prothèses expérimentées à l’époque.

A l’intérieur de la lampe, on distingue une tête de mort, symbole représentant le caractère meurtrier de cette guerre. Les 3 journaux peints derrière les personnages sont les journaux de guerre les plus lus par les soldats allemands.

Les joueurs de Skat

Les joueurs de Skat

Ayant vécu la guerre, Otto Dix ne cesse de rappeler dans ses tableaux le souvenir meurtrier qu’il a gardé en lui de cette expérience. Son œuvre restera d’ailleurs centrée sur le thème de la guerre, même plusieurs dizaines d’années après la fin de celle-ci.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s