Les tirailleurs Sénégalais

Les tirailleurs Sénégalais

Les tirailleurs Sénégalais

Par Stevens Martins 3ème 2

Les tirailleurs sénégalais sont un corps de militaires appartenant à l’armée coloniale constitué au sein de l’Empire colonial français en 1857. Ils sont recrutés dans les 8 colonies françaises d’Afrique Occidentale (AOF). Bien que le recrutement ne se soit pas limité au Sénégal, on a donné à ces soldats le nom de tirailleurs sénégalais en référence au premier régiment de tirailleurs crée au Sénégal. Réquisitionnés, ils sont entrainés en Afrique du Nord avant d’être envoyés en France pour combattre contre les Allemands.

Ils sont aussi envoyés sur des fronts en Asie Mineure comme aux Dardanelles. Ils sont le principal élément de la « Force Noire » qui correspond à l’ensemble des soldats africains de couleur noire qui se battent sous le drapeau français et qui se différencient ainsi des unités d’Afrique du Nord, tels que les tirailleurs algériens.

Diapositive2

Ce corps militaire sera dissous au début des années 1960. En 1914-1918, lors de la Première Guerre Mondiale, ce sont environ 200 000 « Sénégalais » qui se battent dans les rangs français, dont plus de 135 000 en Europe. Environ 15% d’entre eux y ont trouvé la mort. Soit environ 30 000 soldats sur les 1 397 800 soldats français morts durant ce conflit. Beaucoup d’entre eux sont revenus blessés ou invalides. On oublie très souvent de parler de ces tirailleurs morts à l’arrière du front et pourtant il représente un nombre important de disparus. Il s’agit peut-être d’une mort moins glorieuse mais tout aussi réelle.

Dans les tranchées

Dans les tranchées

Général Mangin et le Président Raymond Poincaré passant en revue les troupes de la Force Noire

Général Mangin et le Président Raymond Poincaré passant en revue les troupes de la Force Noire

A la fin de la guerre, l’armée coloniale française est constituée de 89 régiments de tirailleurs sénégalais dont 9 seulement seront décorés par la médaille militaire ou la croix de guerre. Après leur démobilisation en 1919, la France accordera des postes dans l’administration coloniale à un petit nombre de ces tirailleurs Sénégalais mais sans leur reconnaître la citoyenneté de plein droit à laquelle ils prétendaient. Beaucoup de promesses leur ont été faites mais peu seront tenues. Il faut attendre 2007 pour qu’un lieu Mémorial à leur mémoire soit inauguré sur le Chemin des Dames dans le département de l’Aisne.

Ils se sont battus pour les droits à la liberté des citoyens français, des droits qu’ils n’ont pas pu obtenir pour eux-mêmes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s